Manifestations en Birmanie, le pape exprime sa « solidarité »

Source AFP
·1 min de lecture
Aung San Suu Kyi a été inculpée pour avoir enfreint une obscure règle commerciale et se trouve « assignée à résidence ». (illustration).
Aung San Suu Kyi a été inculpée pour avoir enfreint une obscure règle commerciale et se trouve « assignée à résidence ». (illustration).

Le pape François a exprimé dimanche sa « solidarité avec le peuple birman », alors que des dizaines de milliers de Birmans sont à nouveau descendus dans les rues dimanche 7 février, pour protester contre le coup d'État militaire qui a renversé Aung San Suu Kyi en début de semaine. Le souverain pontife, qui s'était rendu en Birmanie en 2017, a dit suivre « avec une vive préoccupation » la situation.

« En ce moment si sensible, je veux de nouveau assurer au peuple birman ma proximité spirituelle, ma prière et ma solidarité », a déclaré le pape argentin. « Je prie pour que ceux qui sont aux responsabilités dans le pays s'engagent avec une disponibilité sincère au service du bien commun, en promouvant la justice sociale et la stabilité nationale, pour une coexistence démocratique harmonieuse », a-t-il ajouté le pape à l'issue de la prière de l'Angélus au Vatican.

Avec environ 100 000 protestataires dans la rue, il s'agit du plus important rassemblement dans le pays depuis le soulèvement populaire de 2007, lors de laquelle des dizaines de personnes avaient été tuées. Des policiers antiémeutes ont été déployés en nombre près de l'université de Rangoun, dans le nord de la capitale économique birmane, où avait lieu la manifestation. Aucun affrontement n'a été rapporté. « Nous continuerons à nous rassembler jusqu'à ce que nous obtenions la démocratie. À bas la dictature », a déclaré Myo Win, 37 ans, sous un concert de coups de klaxons. D'autres rassemblements, qui dr [...] Lire la suite