Nouvelle journée caniculaire en France ce mardi

REUTERS/Stephane Mahe

La moitié est de la France va encore souffrir de la canicule mardi mais la façade atlantique devrait souffler, après une nuit compliquée en Gironde sur le front des deux incendies géants qui ont déjà ravagé 17.000 hectares de forêt.

La moitié est de la France va encore souffrir de la canicule mardi mais la façade atlantique devrait souffler, après une nuit compliquée en Gironde sur le front des deux incendies géants qui ont déjà ravagé 17.000 hectares de forêt. Météo-France a levé mardi matin la vigilance rouge canicule sur 15 départements de la façade atlantique, mais 73 restent placés en vigilance orange, avec des températures en hausse, entre 37 et 40°C dans l'est, et des orages localement violents prévus dans le sud-ouest. Dans cette région, près de 1.700 pompiers venus de toute la France, appuyés par d'importants moyens aériens, sont mobilisés contre deux brasiers qui ont brûlé 4.700 hectares de forêt à La Teste-de-Buch et 12.000 à Landiras, à 50 km à l'est, selon le dernier point de la préfecture de Gironde lundi soir.

Sur ces deux communes, 16.000 personnes ont dû être évacuées lundi par une chaleur caniculaire, avec plus de 40°C, portant le nombre total d'évacués à 32.000 en six jours. Un homme a été placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'incendie de Landiras, a annoncé le parquet de Bordeaux. En fin après-midi, un nouveau feu s'est déclaré à Vensac, dans le Médoc, brûlant 70 hectares.

Lundi, un énorme panache de fumée était visible du bassin d'Arcachon. Au pied de la dune du Pilat, les cinq campings, desquels 6.000 vacanciers avaient été évacués dans la nuit de mercredi, "ont brûlé à 90%", a dit la préfète de Gironde, Fabienne Buccio. De nombreuses explosions ont retenti lundi après-midi, dues au bonbonnes de gaz restées dans les campings et dans les restaurants abandonnés. "On ne se laisse pas abattre, le feu ne fait pas ce qu'il veut, nous l'embêtons. Nous construisons des pare-feux, des fossés, tout ce qu'on peut(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles