Une nouvelle espèce de tapir découverte dans la forêt amazonienne

Libération.fr
Un tapir au zoo de Vienne, le 6 juillet 2012.

Des scientifiques viennent d'identifier une nouvelle espèce en forêt amazonienne, la première depuis 1865. Les indigènes, eux, connaissaient déjà fort bien celui qu'ils appelaient «le petit tapir noir».

Il aura fallu dix ans de travaux à une équipe de scientifiques pour confirmer ce que savaient les indigènes depuis des décennies, voire des siècles : un autre tapir est possible. Plus petit, plus sombre que ses cousins déjà identifiés, ce nouveau mammifère est présent dans la forêt amazonienne, au Brésil et en Colombie. Cette espèce fraîchement recensée, le Tapirus Kabomani, vient en effet d’être décrite dans la revue spécialisée The Journal of Mammalogy.

Et la découverte est d’importance : le Tapirus Kabomani est le plus gros mammifère terrestre découvert depuis le Saola (un bovidé à l’allure proche de l’antilope) en 1992, au Vietnam. Qui plus est, aucune nouvelle espèce de tapir n’avait été découverte depuis le Tapirus bairdii, en 1865. Le petit dernier porte donc à cinq le nombre d’espèces connues. Proche du tapir du Brésil (Tapir terrestris), l’objet de l’étude est néanmoins plus léger que son cousin, et ne pèse «que» 110 kilos, contre 320 pour son congénère. Plus court sur pattes, il se distingue également par la forme singulière de son crâne. Les analyses génétiques menées pour cette étude montrent que le «petit tapir noir» s’est séparé de son cousin du Brésil il y a environ 300 000 ans.


Le savoir des indigènes trop longtemps ignoré

En réalité, cette découverte n’en est une que sur le plan scientifique, car le Tapirus Kabomani était déjà bien connu des tribus vivant dans les forêts où il évolue. Et pour cause : il est chassé par les tribus Karitiana, qui le surnommaient «petit tapir noir». «Les indigènes ont à plusieurs reprises fait état de la présence d’un autre type de tapir», explique l’un des auteurs de l’étude, le paléontologue Mario Cozzuol, au Guardian. «Mais les scientifiques n’ont jamais vraiment pris au sérieux ces témoignages, assumant (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Gaia, un œil sur le cosmos
En direct de Kourou : Gaia en route vers les étoiles
Réparations au programme sur l'ISS pour les fêtes
Energie : toujours plus de charbon et de pétrole
J-P Bourguignon à la tête de l'ERC