Une nouvelle espèce de fourmi figée dans l'ambre

Elle provient d'une des très rares pièces d'ambre africain contenant des inclusions.

Une équipe internationale dont un chercheur de l'Université de Rennes a découvert une nouvelle espèce de fourmi, baptisée Desyopone hereon, grâce à l'examen d'une pièce d'ambre éthiopien datant du début du Miocène, il y a 16 à 23 millions d'années. Cette résine fossilisée est habituellement utilisée en Afrique à des fins d'ornementation et très peu d'échantillons contiennent des inclusions. Encore plus rares sont ceux qui ont pu être étudiés par des scientifiques. Ils offrent pourtant un aperçu inédit de l'écosystème forestier de cette époque.

Images en haute définition

Pour obtenir une image précise des 13 individus piégés dans l'ambre, l'échantillon est passé sous la source de lumière à rayons X PETRA III au Synchrotron DESY de Hambourg, en Allemagne. Les chercheurs ont ainsi pu "trancher" virtuellement le corps des fourmis et reconstituer leur anatomie en 3D avec un niveau de détails suffisant pour nommer une nouvelle espèce. Les premières observations, moins précises, avaient conduit à attribuer les spécimens à une sous-famille de fourmis presque éteinte connue jusqu'à présent uniquement par des fossiles et par une seule espèce vivante au Sri Lanka. Il s'avère en fait que les spécimens appartiennent à la sous-famille des Ponerinae, un groupe dominant de fourmis prédatrices.

fourmi Crédit : Jens Meyer/University Jena
fourmi Crédit : Jens Meyer/University Jena

Au premier plan, une image 3D de l'espèce de fourmi nouvellement découverte et nommée. Sur l'écran en arrière-plan, une pièce d'ambre avec des fourmis piégées. Crédit : Jens Meyer (Université d'Iéna).

Groupe de mâles

Autre particularité de cette pièce d'ambre : les 13 fourmis sont des mâles, à la morphologie très différente de celle des ouvrières, les femelles. Ils sont d'ailleurs sous-représentés dans les études et sont parfois classés et répertoriés de façon erronée. "Nos résultats mettent non seulement à jour la littérature sur l'identification des fourmis mâles, mais montrent également qu'en comprenant les caractéristiques spécifiques aux mâles, telles que la forme spécifique de la mandi[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi