Une nouvelle enquête pointe du doigt les violences sexuelles dans les études de médecine

·1 min de lecture

15,6 % des étudiants en médecine auraient subi des agressions sexuelles au cours de leur vie universitaire, selon une enquête de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) qui paraît aujourd’hui, le 18 mars.

" Ça va de la simple blague beauf un peu lourde à des trucs franchement limites : " très joli ces collants, c'est pour ça que je préfère avoir des internes filles très féminines, c'est quand même plus agréable pour les yeux à la fois pour le médecin et le patient " ", raconte un étudiant en médecine. Un autre se souvient d'une agression : " Dans un stage en chirurgie un collègue externe s'est fait pénétrer par un doigt dans l'anus à travers le pyjama bleu par le chef de service qui arrivait derrière pour faire " cette blague" ". D'autres racontent des fessées, caresses de médecins en dépit de leur consentement. Des témoignages comme ceux-ci, l’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) en a recueilli 69 pages. Le constat est sans appel : dans le cadre des études de médecines, que ce soit à l’université ou dans le milieu hospitalier, les propos, parfois les actes sexistes, sont loin d’être rares. " À l'hôpital, le sexisme est partout ",​ résume un des étudiants témoins." Il est de notoriété publique qu’il y a des cas de violences sexuelles et sexistes lors des cursus de médecine, mais nous ne pouvions pas le quantifier ", débute Morgane Gode-Henric, présidente de l’Anemf. L'association étudiante a donc lancé une...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République