Une nouvelle demande de libération de Julian Assange examinée mercredi

·1 min de lecture

Après avoir échappé à l'extradition aux Etats-Unis, Julian Assange va-t-il sortir de prison? Les juges britanniques examinent mercredi la demande de libération sous caution formulée par les avocats du fondateur de Wikileaks. Dans leur nouvelle requête, ces derniers mettent en avant les risques pour leur client de contracter le Covid-19 dans le centre de détention de Belmar, au sud de Londres, où il est incarcéré depuis avril 2019. Lundi, ils ont obtenu une première victoire avec la décision de ne pas transférer l'Australien de 49 ans vers les Etats-Unis où il est accusé d'espionnage et risque 175 années de prison pour avoir diffusé à partir de 2010 plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines. 

Offre d'Asile du Mexique et appel des Etats-Unis

Si les arguments relatifs à la liberté d'expression ou les risques de torture n'ont pas été retenus, la juge Vanessa Baraitser a estimé que l'état psychologique de l'Australien n'était pas compatible avec une extradition.

Selon les experts qui l'ont examiné, Julian Assange, qui a passé sept années reclus à l'ambassade d'Equateur à Londres avant d'être arrêté et mis en isolement presque total, souffre de dépression sévère pouvant le conduire au suicide. 

Quelques heures après la décision de Londres, le Mexique a offert l'asile politique à l'activiste. Le ministère de la Justice américain a, de son côté, fait part de son intention de faire appel.


Retrouvez cet article sur LeJDD