Une nouvelle découverte sur l'endométriose

L’endométriose est une maladie gynécologique chronique de la femme en âge de procréer. Elle se caractérise par la présence de tissu semblable à l’endomètre (la muqueuse utérine) en dehors de l’utérus, qui peut être à l'origine de l'infertilité et de douleurs sévères. Si près de deux millions de femmes en sont atteintes en France, il n’existe pas encore de traitement pour en guérir.

Trouver la cause de l’endométriose

La cause de cette maladie invalidante n’est pas encore clairement identifiée, même si de nombreux facteurs sont susceptibles d’y concourir d’après les scientifiques : génétiques, anatomiques, immunologiques, hormonaux ou environnementaux (comme l'exercice physique et l'alimentation). C’est ce dernier facteur qui a intéressé des chercheurs iraniens et australiens, qui ont passé en revue huit études d’observation (cinq études de cohorte et trois études cas-témoins) dans le but d’examiner les associations entre la consommation de différents groupes d’aliments ou de nutriments et le risque d’endométriose.

« Les facteurs alimentaires peuvent être liés à la cause de l'endométriose en raison de leur rôle dans la régulation du métabolisme des hormones stéroïdes, de leur effet sur la contraction musculaire, de la régulation de l'inflammation, du stress oxydatif et du cycle menstruel », écrivent les chercheurs dans le Nutrition Journal. En effet, l’endométriose est connue pour provoquer des réactions inflammatoires chroniques.

Des femmes en âge de procréer (entre 18 et 41 ans) ont rapporté leur consommation de produits laitiers, graisses, fruits, légumes, légumineuses et sources de protéines d'origine animale dans diverses études dont les tailles d’échantillons variaient.

Une consommation globale de produits laitiers serait associée à une diminution du risque d'endométriose. © kai, Fotolia
Une consommation globale de produits laitiers serait associée à une diminution du risque d'endométriose. © kai, Fotolia

Favoriser les produits laitiers et diminuer la viande rouge

Les résultats suggèrent qu'une consommation élevée de divers produits laitiers est associée à une diminution de 10 % du...

> Lire la suite sur Futura