La nouvelle charge d’Eric Zemmour contre la presse : "Le peuple a raison de vous en vouloir"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les vœux à la presse d’Eric Zemmour ont tourné hier au règlement de compte. Le candidat d’extrême-droite à la présidentielle de 2022 a profité en effet de ce rendez-vous pour dire tout le mal qu’il pense des médias et de ses anciens confrères. Et ce dès les premiers instants de son discours. « Dans un an, jour pour jour, je vous inviterai à l’Élysée, et nos relations ne seront plus les mêmes. Vous vous adresserez à moi avec respect, admiration, sollicitude et hypocrisie, comme vous le faites toujours avec les présidents de la République », lance-t-il en préambule en soulignant qu’il « répondra avec une sympathie qui rompra de manière éclatante avec le style de son prédécesseur », Emmanuel Macron. Un homme qu’il qualifie « d’illustre emmerdeur, selon l’autoportrait qu’il dresse de lui-même et qui (…) est d’une saisissante ressemblance ».

Si Eric Zemmour a été journaliste avant de se lancer dans en politique, il prend ses distances avec ses confrères rassemblés pour ses vœux en précisant qu’il « était différent » de par sa couleur politique – « J’étais de droite » - mais aussi parce que lui « parlait et écrivait le français » alors que la « langue maternelle de ses confrères est le politiquement correct ». « Enfin, j’étais populaire (…) Vous qui m’avez souvent présenté comme l’homme le plus détesté de France, vous étiez en réalité, vous êtes toujours, les hommes et les femmes les plus mal-aimés de France », poursu... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles