Nouvelle-Calédonie : soldats en renfort et ouverture d'une enquête visant des "commanditaires"

En Nouvelle-Calédonie, la situation était "plus calme et apaisée" vendredi en raison de l'état d'urgence et des renforts envoyés par Paris dans l'archipel. Cependant, le contrôle de plusieurs quartiers "n'est plus assuré", a reconnu le haut-commissaire de la République. Les autorités ont annoncé un "pont aérien" entre l'Hexagone et le territoire calédonien, où l'aéroport reste fermé aux vols commerciaux. Une enquête visant des "commanditaires" des émeutes a été ouverte.

Nouméa se trouve dans "une situation plus calme et apaisée" selon le représentant de l'État en Nouvelle-Calédonie, qui a cependant déploré une école et deux entreprises incendiées après une quatrième nuit de contestation de la réforme électorale votée à Paris. Le parquet de Nouméa a ouvert une enquête visant "des commanditaires". Les autorités ont annoncé un "pont aérien" entre l'Hexagone et le territoire calédonien, où l'aéroport reste fermé aux vols commerciaux

Par ailleurs, une personne soupçonnée d'un homicide lors des émeutes s'est rendue aux forces de l'ordre, a annoncé le haut-commissaire, Louis Le Franc.

Ouverture d'une enquête visant des "commanditaires"

Selon Gérald Darmanin, les forces de l'ordre ont procédé à de nombreuses interpellations et "dix leaders mafieux" de la CCAT, la mouvance indépendantiste la plus radicale, ont été assignés à résidence.

Les autorités ont annoncé un "pont aérien" entre l'Hexagone et le territoire calédonien, où l'aéroport reste fermé aux vols commerciaux.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Nouvelle-Calédonie : quelles solutions pour sortir l'archipel de la crise ?
Pourquoi la France accuse l'Azerbaïdjan d'ingérence en Nouvelle-Calédonie
Interdiction de TikTok en Nouvelle-Calédonie : les dessous d'une mesure "sans précédent"