Nouvelle-Calédonie: le bilan s'alourdit, le ravitaillement et le déblocage des routes deviennent primordiaux

En Nouvelle-Calédonie, un mort et deux blessés dans un échange de tirs ont été annoncés ce 18 mai, six jours après le début des émeutes. Il s'agit du premier décès, survenu en dehors de l'agglomération de Nouméa, la capitale calédonienne où s'étaient concentrées jusque-là les violences. Depuis deux jours, les forces de l’ordre ont repris une partie de Nouméa et de sa banlieue. Mais de nombreux quartiers sont hors de contrôle et la priorité est désormais à la levée des barrages.

C’est le cas du quartier populaire de Magenta, raconte notre correspondante en Nouvelle-Calédonie, Charlotte Mannevy. La nuit dernière, de violents affrontements ont opposé forces de l’ordre et émeutiers. Depuis ce samedi matin règne un calme précaire, alors les habitants sortent pour se ravitailler. Les CRS, arrivés en renfort de Marseille, ont pris place tôt ce samedi matin sur le rond-point de Magenta. Sur la chaussée, les traces des affrontements : caddies et autres poubelles brûlés. Le bureau de poste a été incendié. Au milieu de ce chaos, Hélène et son fils profitent de l’accalmie pour se ravitailler : « La nuit, il y a toujours des détonations. Les enfants, ils ont peur… »

À lire aussiNouvelle-Calédonie: dans certains quartiers de Nouméa, le contrôle de l'État n'est «plus assuré»


Lire la suite sur RFI