Nouvelle-Calédonie : les enjeux du dernier référendum d’autodétermination

·2 min de lecture
New Caledonia's vote on independence from France
New Caledonia's vote on independence from France

Ce sont 185.004 électeurs calédoniens, figurant sur une liste électorale spéciale, qui sont appelés pour la troisième et dernière fois à répondre dimanche à la question : « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? »

Pour rappel, les accords de Nouméa de 1998 ont abouti à la tenue de deux référendums sur l’indépendance de l’archipel. Les 4 novembre 2018 et 4 octobre 2020, les électeurs inscrits sur une « liste électorale spéciale » ont rejeté l’indépendance à 56,7 % puis à 53,3 %. Début avril 2021, les deux groupes indépendantistes au Congrès (l’assemblée délibérante) ont officiellement demandé à l’Etat d’organiser le troisième et dernier référendum de cette décolonisation inédite dans l’histoire de France.

Depuis, l’épidémie de Covid-19 est passée par là. Le territoire a été rattrapé par le virus en septembre, avec un bilan de 280 décès, touchant majoritairement les kanaks.

>> Lire notre article: Nouvelle-Calédonie : un débat au Sénat pour sortir de « l’impasse » institutionnelle

Les indépendantistes boudent le scrutin

Les indépendantistes ont demandé le report du scrutin en raison de l’impossibilité, selon eux, de « mener une campagne équitable » à cause de l’épidémie. Suite au refus du gouvernement, le FLNKS (Front de libération national kanak socialiste) a appelé ses militants à ne pas aller voter.

Le Sénat coutumier, une institution qui incarne le pouvoir traditionnel kanak, a demandé jeudi « aux citoyens kanaks et aux progressistes calédoniens d’observer une journée nationale de « deuil kanak » le 12 décembre 2021 en ne se rendant pas aux bureaux de vote.

Cette année, pour la première fois depuis l’accord de Nouméa (1998), le FLNKS a obtenu la majorité (six membres sur onze) au sein du gouvernement collégial, mais aucun (...) Lire la suite sur Public Sénat

Affaire du Mediator : quel statut pour les lanceurs d’alerte ?

Les Afghanes « n’ont pas le droit à la protection internationale », déplore la chercheuse Nassim Majidi

StopCovid : vers une nouvelle audition de Cédric O devant la commission d’enquête du Sénat ?

Affaire des passeports : les deux versions d'Alexandre Benalla devant la commission d'enquête du Sénat

Petits patrons, grands risques

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles