Nouvelle-Calédonie: Emmanuel Macron annonce "suspendre" la réforme électorale contestée

Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi 12 juin au cours de sa conférence de presse la "suspension" du projet de loi constitutionnelle modifiant le corps électoral de Nouvelle-Calédonie, à l'origine des violentes émeutes du mois de mai qui ont fait neuf morts, pour "donner toute sa force au dialogue sur place et au retour à l'ordre".

"Laisser sa force au dialogue"

"On ne peut pas laisser d’ambiguïté dans la période. Il faut le suspendre pour laisser toute sa force au dialogue sur place et au retour à l’ordre", a affirmé le chef de l'État.

Après les sénateurs, l'Assemblée nationale avait voté en faveur de ce texte le 14 mai, provoquant la colère des indépendantistes en Nouvelle-Calédonie car il prévoit notamment l'élargissement du corps électoral sur l'île.

Sur l'archipel, ce texte est contesté par les indépendantistes qui craignent une perte de poids électoral des Kanaks. Pour être définitivement adopté, le projet de loi doit désormais être voté par le Parlement réuni en Congrès.

Article original publié sur BFMTV.com