Nouvelle-Calédonie : un débat au Sénat pour sortir de « l’impasse » institutionnelle

·2 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Nouvelle-Calédonie : Pierre Frogier souhaite « négocier un désaccord ».

Les accords de Nouméa arrivent à leur terme et avec eux la nécessité de penser à l’après. Au Sénat, on prend cette mission très à cœur. Après la mise ne place d’une mission spécifique sur la Nouvelle-Calédonie au début de l’année, le groupe Les Républicains a souhaité la tenue d’un débat dans l’hémicycle sur l’avenir institutionnel, politique et économique de la Nouvelle‑Calédonie, en présence du ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu.

« Nous devons regarder les choses en face. 23 ans après les accords de Nouméa, 33 ans après les accords de Matignon, ce processus de pacification, de réconciliation est en train de s’épuiser », a martelé Bruno Retailleau le président du groupe LR, appelant « à écarter ces vieux démons ».

Si pour la première fois depuis l’accord de Nouméa (1998), le FLNKS (Front de libération national kanak socialiste) a obtenu la majorité (six membres sur onze) au sein du gouvernement collégial, aucun compromis n’a été trouvé pour désigner un chef de gouvernement.

Une crise politique qui intervient alors qu’un troisième référendum sur l’indépendance doit se tenir avant octobre 2022. Les 4 novembre 2018 et 4 octobre 2020, les électeurs inscrits sur une « liste électorale spéciale » ont rejeté l’indépendance à 56,7 % puis à 53,3 %. Début avril, les deux groupes indépendantistes au Congrès (l’assemblée délibérante) ont officiellement demandé à l’Etat d’organiser le troisième et dernier référendum de cette décolonisation inédite dans l’histoire de France. Un référendum dont plusieurs sénateurs de la droite et du centre ont clairement indiqué qu’ils n’en voulaient pas, au premier desquels, le sénateur LR de Nouvelle-Calédonie, Pierre Frogier, ancien président du gouvernement de l’île.

« Quel que soit le résultat, nos convictions et celles des indépendantistes ne varieront pas »

« Aujourd’hui nous nous retrouvons dans une impasse […] J’avais la conviction que nous devions faire l’économie de ces référendums (...) Lire la suite sur Public Sénat

Régionales en Paca : LR conserve finalement son soutien à Muselier qui donne des gages

Soutien à l’économie : « Les PME ont été bien servies », estime le président du comité de suivi

Régionales dans le Grand Est : la droite veut incarner l’union pour distancer le Rassemblement national

Régionales en Paca : Muselier sommé par les LR à la « clarté », Macron accusé de vouloir « faire exploser les LR »

Résidents en Ehpad : « L’enjeu c’est de protéger, sans priver de liberté », pour la sénatrice Monique Lubin