Nouvelle-Calédonie: après trois jours d'émeutes, l'île est en proie à de multiples pénuries

La Nouvelle-Calédonie est toujours en état quasi insurrectionnel, plus de trois jours après le début des émeutes liées au dégel du corps électoral. Tous les accès à la capitale et sa banlieue sont toujours coupés et les affrontements entre émeutiers et forces de l’ordre se poursuivent. Deux gendarmes ont été tués. Les émeutes inquiètent aussi le monde économique. Avec les dégradations de centaines de commerces, beaucoup tirent la sonnette d'alarme : le montant des dégâts serait très élevé.

En Nouvelle-Calédonie, des centaines d’entreprises et commerces ont été pillés et les pénuries commencent à se faire sentir. Difficile pour l'heure de donner une estimation précise du nombre de commerces détruits dans les émeutes. Xavier Benoist, président de la fédération des industries de Nouvelle-Calédonie, évoque des dégâts qui s'élèvent à plusieurs centaines de millions d'euros.

Les entrepreneurs s'inquiètent d'autant plus qu'un autre problème beaucoup plus pressant commence à se poser : celui du manque de nourriture. « Il y a des grandes surfaces où il n'y a plus rien ou alors ça a été pillé. On va manquer de nourriture ici. Est-ce qu'il y a un plan d'urgence ? On n'en est pas encore là, mais il y a un problème d'approvisionnement qui est un problème sérieux et qu'il va falloir résoudre », évoque Louis Le Franc, Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie lors d'une conférence de presse.


Lire la suite sur RFI