Nouvelle-Calédonie : après l’attaque d’Anthony, on cherche à tuer le risque requin

Fin mai, Anthony, un garçon de 10 ans, a été grièvement blessé par un requin bouledogue alors qu'il se baignait dans une marina de Nouméa. Suite à cet accident, un plan d'action a été mis en place pour tenter de repousser les requins.

Professionnels, scientifiques et usagers de la mer sont réunis en Nouvelle-Calédonie afin d'élaborer un plan concerté de réduction du risque requin, après l'attaque fin mai d'un enfant de 10 ans, qui a marqué les esprits. "Suite à l'accident qui est arrivé au petit Anthony, un plan d'action a été mis en place par la province, la mairie de Nouméa et les services du gouvernement mais le monde associatif a souhaité apporter sa contribution pour être dans une démarche collaborative", a déclaré à l'AFP Karine Lambert, directrice de l'environnement de la province sud.

L'enfant avait eu une jambe et une partie du bassin arrachées par un requin-bouledogue alors qu'il se baignait dans une marina de Nouméa, où la baignade est interdite. Il est toujours en soin en Australie. Après ce drame, les autorités avaient autorisé l'abattage d'une vingtaine de requins bouledogues, une espèce protégée, suscitant la colère de plusieurs associations écologiques.

  

"Je comprends qu'on élimine un individu auteur d'une attaque. Mais pourquoi en tuer 20 alors qu'on ne connaît même pas la taille de la population. Plein d'autres aspects du probléme doivent être gérés avant l'abattage comme la reconquête de la qualité des eaux ou le comportement humain", a déclaré Hubert Géraux, responsable du WWF (Fonds mondial pour la nature).

Quatre dispositifs anti-requin à l'essai

L'IRD (Institut de recherche pour le développement) mène actuellement une étude pour mieux connaître les lieux de fréquentation et de sédentarisation des squales, grâce notamment à un réseau d'hydrophones, à la capture et au marquage d'animaux.

"Les premiers résultats nous rappellent qu'on ne se baigne pas à la nuit tombée ou à l'aube, ni quand les eaux sont troubles après une(...)


Lire la suite sur Paris Match