Nouvelle-Calédonie: à Nouméa, le quartier de Montravel s'organise pour tenir

En Nouvelle-Calédonie, les indépendantistes ont appelé ce week-end à la poursuite de la mobilisation contre la réforme du corps électoral, dont ils estiment qu’elle entraînera la recolonisation de l’archipel. Dans les quartiers indépendantistes de Nouméa, on s’organise pour tenir dans le temps.

Avec notre correspondante à Nouméa, Charlotte Mannevy

Près de quinze jours après le début des émeutes en Nouvelle-Calédonie, le quartier populaire de Montravel à Nouméa reste mobilisé. Les forces de l’ordre ont détruit le barrage qui empêchait la circulation et campent devant l’entrée du quartier, 24 heures sur 24. Montravel vit désormais en vase clos. Alors les habitants s’organisent.

Dans l’arrière-cour de Katy, un dispensaire de fortune, Anaïs et Corinne, infirmières libérales, ont amené quelques médicaments et ont appelé Laetitia, médecin, à la rescousse. « Il y a des gens qui se retrouvent en rupture de traitements, les patients chroniques, explique-t-elle. Il y a aussi toutes les fumées qui font des dégâts respiratoires chez les gens. Et puis le stress, l'anxiété qui va atteindre tout le monde je pense, en tout cas beaucoup de gens et ces gens-là sont dans les quartiers où ça pète le plus. Donc oui, toutes les nuits, ils entendent que ça pète, ils ne dorment pas bien. »

À Montravel, la visite la semaine dernière d'Emmanuel Macron n’a pas convaincu. Seul le retrait de la réforme du corps électoral pourra ramener le calme, estiment ses habitants.


Lire la suite sur RFI