Nouvelle-Aquitaine: mise en place d'un dispositif d'alerte aux baïnes

·2 min de lecture
Sauveteur dans le littoral aquitain.  - Patrick Bernard
Sauveteur dans le littoral aquitain. - Patrick Bernard

Un dispositif d'alerte aux baïnes, ces courants qui emportent chaque année plusieurs dizaines de personnes sur le littoral aquitain, sera mis en place l'été prochain sur le modèle des avalanches, a annoncé mardi le préfet délégué de défense et de sécurité de la zone sud-ouest Martin Guespereau.

Ce dispositif "sera pérennisé l'an prochain" après des tests menés au cours de l'été, a-t-il annoncé lors d'une présentation à la presse du bilan de la campagne de sécurité des loisirs en mer organisée par la préfecture maritime de l'Atlantique. Afin d'alerter sur les dangers des baïnes, ces trous d'eau d'apparence anodine mais dont les courants peuvent rapidement entraîner vers le large, 350 panneaux ont d'ores et déjà été installés en juin aux accès des plages du littoral.

27 morts en baignade durant la dernière saison sur la façade atlantique

A partir de l'été 2022, lorsque le danger sera important du fait de forts courants, un message d'alerte aux baïnes sera diffusé dans les médias, mais aussi dans les trains ou encore les campings. "Les plages de Nouvelle-Aquitaine sont marquées par des courants marins qui peuvent être dangereux. Chaque année des nageurs sont emportés et se noient. Aujourd'hui, ces courants sont particulièrement forts et pourraient facilement vous entraîner vers le large. Pour votre sécurité, baignez vous entre les drapeaux des postes surveillés", indiquera le message.

"On déplore 13 morts cette année, à chaque fois aucun ne se baignait entre les drapeaux", a souligné Martin Guespereau, précisant qu'habituellement les baïnes font en moyenne chaque année entre 20 et 30 morts. Ce dispositif devrait être déclenché une dizaine de fois par an, a-t-il précisé.

Entre le 1er mai et le 30 septembre, 27 personnes ont perdu la vie sur la façade Atlantique, notamment lors de baignades en Nouvelle-Aquitaine, a indiqué la préfecture maritime de l'Atlantique. "On a encore eu beaucoup de noyés", a regretté le préfet maritime de l'Atlantique, le vice-amiral d'escadre Olivier Lebas. "La baignade est une activité dont le danger est souvent sous-évalué par les vacanciers", a-t-il regretté.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles