Nouvel attentat en Somalie: «il y a trop de blessés à soigner», les hôpitaux sont saturés

REUTERS - FEISAL OMAR

Au moins cent personnes, dont des enfants, ont été tuées dans un double attentat à la voiture piégée, samedi 29 octobre, sur une artère très fréquentée du centre de la capitale Mogadiscio. Il y a également plusieurs centaines de blessés et les hôpitaux sont à la peine.

Comment prendre en charge et soigner cet afflux de blessés ? Dr Abdul Khadeer Adhen, propriétaire de la seule compagnie d'ambulance privée de Somalie, a été joint au téléphone par Céline Pellarin, de la rédaction Afrique. « Les hôpitaux de la capitale sont saturés, la situation est hors de contrôle ! Il y a trop de blessés à soigner, trop de corps de personnes décédées à prendre en charge. »

Et les soignants manquent de matériel dans des établissement hospitaliers bondés. « Je pense que malheureusement il va y avoir plus de décès parmi les victimes, les blessures causées par les explosions sont très graves. Et on peut craindre que plusieurs blessés finissent par succomber dans les hôpitaux dans les prochains jours. »

Ses équipes sont sur le terrain, mais les conditions sont difficiles. « Oui, nous pouvons travailler, mais hier l'une de nos ambulances a été touchée par les explosions. Le chauffeur et l'un des soignants qui circulaient à bord du véhicule ont été blessés. Et l'ambulance est complètement détruite. »

Ce dimanche matin, plusieurs habitants de Mogadiscio fouillaient encore les décombres, à la recherche de leurs proches portés disparus, soulevant les débris au milieu des bâtiments en ruines. D’autres ont commencé à nettoyer le site car la double explosion a causé de sérieux dégâts aux alentours, brisant notamment les fenêtres des édifices voisins.


Lire la suite sur RFI