Nouvel An : même occasionnelle, une cuite cause des dommages

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Group of unrecognizable people pouring champagne from a bottle on New Year's party.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Boire beaucoup d'alcool dans un court laps de temps n’est pas sans conséquence sur la santé.

L’alcool coule souvent à flot pour célébrer le début d’une nouvelle année. Le 1er janvier 2022, malgré les restrictions sanitaires et la multiplication des cas de Covid-19, ne devrait pas faire exception. Pourtant, ce produit psychoactif a des effets immédiats qui varient en fonction de la quantité absorbée et d’autres facteurs comme l’ingestion de nourriture.

À faible dose (un verre standard contient approximativement 10 grammes d’alcool), la boisson alcoolisée entraine une sensation de détente, une désinhibition qui peut amener à sous-évaluer les risques et la diminution des réflexes et du champs visuel, énumère Santé publique France. À plus forte dose, les effets peuvent être une mauvaise coordination des mouvements, une élocution troublée, la diminution des réflexes et de la vigilance, un état de somnolence, des pertes de mémoire allant jusqu’au trou noir et l’hypothermie. D'où l'importance de ne pas prendre le volant après une soirée alcoolisée.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Il n’est pas nécessaire de boire 4 litres d’alcool pour que cela vous tue"

Des répercussions sur la mémoire

Une étude menée en 2018 sur des souris révélait également l’impact de l’alcool sur le sommeil. "Si vous consommez de l’alcool en excès et très vite, le lendemain, vous ressentirez un manque de sommeil et vous allez avoir besoin de boire encore plus d’alcool pour parvenir à dormir", expliquait Mahesh Thakkar, l’un des auteurs de la recherche dont les propos sont relayés par PourquoiDocteur.

Une alcoolisation massive et rapide a également des répercussions sur la mémoire. "Le comportement de consommation excessive d'alcool affecte les processus de stockage et de rappel de la mémoire verbale épisodique", détaillent de leur côté les scientifiques de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

À très forte dose, l’alcool peut causer un coma éthylique qui peut entrainer la mort. Une prise en charge rapide est alors nécessaire. Enfin, les intoxications alcooliques aiguës ont des répercussions sur l’agressivité, accentuent les violences conjugales et les rapports sexuels non protégés et/ou non désirés.

VIDÉO - Décomplexé.e.s - Claire Touzard : "En France, on ne s'avoue pas aisément alcoolique"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles