Le nouvel album d'Eminem : inattendu mais pas surprenant

Yann Bertrand

Dès la première vision de la pochette dédiée à Alfred Hitchcock, et dès les premières secondes de l'album en réalité, on comprend bien de quoi il sera question. Sur Premonition, on entend l'assassinat d'une femme, poignardée puis enterrée.



Comme aux grandes heures de son chef d'oeuvre Marshall Mathers LP, sorti il y a 20 ans, Eminem fait dans le gore, l'énervé, le violent, au moins dans l'affichage et certains mots. Sa signature est toujours la même, un débit mitraillette et des textes millimétrés. A choisir le rythme et la forme, le problème est toujours le même, on sacrifie le fond. Et si tout cela reste impressionnant, les thèmes ressassés ne surprennent plus depuis longtemps, que ce soient l'enfance et la maltraitance sur Stepdad, la colère un peu partout, le ressentiment contre son ennemi Machine Gun Kelly ou contre les critiques trop peu élogieuses à son endroit.


Roi de l'incarnation

Eminem, qui travaille toujours sous le haut patronage de Dr. Dre, partage certains morceaux, entre autres avec Skylar Grey, le rappeur disparu Juice WRLD, avec son nouveau meilleur ami Ed Sheeran, ou le surdoué Anderson (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi