Avec son nouvel album, Beethova Obas chante l'île d'Haïti et sa résistance face aux épreuves

·1 min de lecture

Guitariste, compositeur et chanteur, Beethova Obas rend hommage à son pays, Haïti, dans un nouvel album intitulé " Bon bagay ", " les gens bien " en créole. Un message de soutien adressé aux Haïtiens pris dans une tourmente qui n'en finit plus, entre crise constitutionnelle, violences et corruption.

Nom : Obas. Prénom : Beethova. Profession : musicien…prédestiné. Depuis Bruxelles où il vit, Beethova Obas nous décline par téléphone son histoire avant de nous conter celle de son nouvel album, Bon Bagay. " Mon père aimait beaucoup la musique classique et faisait tourner ses disques sur sa platine en peignant, évoque-t-il. Il affectionnait particulièrement les compositions de Beethoven et mon prénom vient de là. Après sa disparition, vers mes quinze ans, j’ai découvert son journal dans son atelier dans lequel il avait écrit noir sur blanc son souhait de me voir devenir musicien ".Le vœu ne fut pas pieux mais, assassiné en 1969 sous la dictature de François Duvalier surnommé " Papa Doc ", Charles Obas, peintre notoire pour avoir dénoncé le système duvaliériste dans ses œuvres, n’a pu le voir se réaliser. Trente ans de carrière et sept albums ont depuis propulsé son fils au firmament des musiques caribéennes. Adulé dans son pays, Beethova Obas est aussi une référence pour bon nombre de jeunes musiciens de jazz.Union latinaIl faut dire qu’il emballe, Beethova Obas, avec ses mélodies chaloupées et ses airs qui fleurent bon la joie de vivre. L’écouter, c’est balancer...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République