Le nouvel âge d'or d'Hollywood

Mike Medavoy croyait avoir tout vu, tout vécu. Durant sa longue carrière, il a produit Coppola, Forman, Spielberg. Remporté des Oscars pour Vol au-dessus d’un nid de coucou, Apocalypse Now ou encore Amadeus. Il a assisté à la chute d’United Artists, a créé Orion Pictures, a dirigé TriStar. Il a façonné quelques-uns des succès critiques de la décennie, comme Black Swan ou Shutter Island. Aujourd’hui, à 77 ans, forcément il produit moins, mais il continue de fréquenter les plus grands. Le jour de notre rencontre, dans son bureau de Santa Monica, il revenait de l’anniversaire de Martin – il dit «Marty» – Scorsese, un ami de près de cinquante ans, en présence de son autre copain, Robert – «Bobby» – De Niro. Pourtant, il y a un truc que Mike n’avait pas vu venir : Netflix. «Si on m’avait dit qu’un jour quelqu’un allait donner à Marty 160 millions de dollars pour faire The Irishman, un film qui dure une heure de trop, je n’y aurais pas cru !»

Bienvenue dans le nouvel âge d’or d’Hollywood. Un âge où tous les projets sont possibles. Où l’argent coule à flots depuis que de nouveaux géants, issus du monde de l’Internet, s’amusent à jouer aux moguls. A tel point que même les plus tannés des vétérans du septième art en perdent leur latin. Pour cette seule année, Netflix, le nouveau roi de la ville, aura dépensé 15 milliards de dollars en contenus originaux. Soit trois fois plus qu’il y a trois ans. Et seulement 1 milliard de moins que le total des sommes engagés par Rober Iger – dit «Bob» – , le P-DG de Disney, pour acquérir Pixar, Marvel et Lucasfilm (Star Wars) entre 2005 et 2012. «Jamais l’industrie hollywoodienne n’avait vu autant de dollars, résume Ben Fritz, journaliste au Wall Street Journal et auteur de The Big Picture : The Fight for the Future of Movies. Ici, tout le monde a du boulot !»

>> A lire aussi - Comment Netflix et Amazon bousculent le petit monde du cinéma

A la recherche des séries prometteuses

Les jobs, ce ne sont plus les studios vieillissants comme Sony Pictures,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Air France assignée en justice pour avoir refusé un chien de soutien émotionnel
Booking doit 100 millions d'euros de plus au fisc français
Réforme des retraites : l'Assemblée acte son application aux régimes spéciaux
Immobilier : ce que rapportent en moyenne les biens mis en location à leurs propriétaires
Boeing 737 MAX : les sénateurs américains veulent mettre fin à la règle de "l'auto-certification"