Nouveaux rebondissements entre Poutine et les JO-2018

Vladimir Poutine le 6 décembre 2017 à Nizhny Novgorod en Russie

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé mercredi que la Russie «n'empêchera pas» aux sportifs russes de participer aux JO-2018. Il a par ailleurs dénoncer une décision «politiquement motivée» du CIO.

Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé mercredi une décision «politiquement motivée» du Comité international olympique (CIO) de suspendre la Russie des jeux Olympiques d'hiver 2018 pour dopage institutionnalisé. «Tout cela a l'air d'une décision fabriquée et politiquement motivée. Nous le voyons, et moi, je n'ai aucun doute là-dessus», a déclaré Vladimir Poutine, cité par l'agence publique RIA Novosti.

À lire :  Russie : Poutine candidat à la présidentielle pour la quatrième fois

Il a par ailleurs ajouté que la Russie «n'empêchera pas» les sportifs russes qui le veulent de participer aux JO-2018 sous bannière olympique, après la décision du Comité international olympique (CIO) de suspendre la Russie. «Sans le moindre doute, nous n'allons opposer aucun blocage, nous n'empêcherons pas nos sportifs de prendre part» aux Jeux olympiques de Pyeongchang, du 9 au 25 février prochain, a déclaré Vladimir Poutine en marge d'une rencontre avec les ouvriers d'une usine à Nijni Novgorod (Volga), selon des propos retransmis à la télévision russe.

Mardi soir, le CIO a suspendu la Russie des jeux Olympiques d'hiver 2018 pour dopage institutionnalisé, ouvrant toutefois la porte aux sportifs «propres» qui seront autorisés à concourir sous drapeau neutre.

"Je n’ai jamais donné l’ordre de gagner les Jeux"

«L'important, c'est que dans les conclusions de la Commission (exécutive du CIO, ndlr), il est écrit qu'il n'y a eu aucun système gouvernemental de soutien au dopage. C'est une conclusion importante», a poursuivi le président russe, se demandant ensuite pourquoi, dans ces conditions, «les sportifs russes ont été interdits de concourir sous drapeau russe». «Ne condamnez que ceux qui sont coupables. Et s'il n'y a pas eu de soutien(...)


Lire la suite sur Paris Match

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages