Publicité

«Nouveaux OGM»: débat au Parlement européen sur les nouvelles techniques génomiques

Les eurodéputés débattent ce mardi 6 février en plénière à Strasbourg d'un texte sur les « nouveaux OGM ». La commission Environnement a voté un assouplissement des règles régissant certaines biotechnologies génétiques. Une position qui divise les 27. Pourquoi le Parlement européen se penche-t-il sur cette question ? Et avant tout que sont ces « nouveaux OGM » ?

L'expression « nouveaux OGM » est régulièrement utilisée - et parfois contestée - pour parler de semences ou de plantes dont le matériel génétique a été modifié par l'homme via divers outils. Contrairement aux OGM « classiques » (qui ont permis par exemple d'implanter un gène de tournesol dans du blé), ce ne sont pas des organismes « transgéniques ». Il n'y a pas d'ajout d'ADN étranger.

Les NGT, pour « nouvelles techniques génomiques » correspondent à diverses méthodes. Cela peut comporter un transfert de gène, mais ce transfert se fait à l'intérieur d'une même espèce ou entre espèces pouvant se croiser. On peut retrouver aussi des techniques de modification ciblée du génome grâce au Crispr-Cas9, une sorte de ciseaux moléculaires.

Controverse

À écouter aussi :«Nouveaux OGM»: nouveau modèle agricole?

Si des points de convergences ont été trouvés, plusieurs questions divisent encore. L'interdiction des brevets sur les NGT met tous les groupes parlementaires d'accord. Cela doit permettre d'éviter que les agriculteurs ne soient dépendants de certaines firmes.


Lire la suite sur RFI