Les nouveaux mots et expressions à connaître sur la crise climatique

Depuis une semaine déjà et pendant une semaine encore, les représentants des pays du monde sont réunis à Charm el Cheikh (Égypte) pour la COP27, la 27e Conférence des parties signataires de la Convention-Cadre de l’Organisation des Nations unies sur les changements climatiques. L’occasion de confirmer une fois de plus qu’il n’est pas toujours facile de se comprendre. Et pour nous, pas toujours facile de suivre des débats truffés de mots et d’expressions plus ou moins nouveaux ou dont on ignore le sens exact.

Tenez, par exemple, une expression aussi souvent utilisée que « réchauffement climatique ». Elle parle d’elle-même. Et s’emploie pour désigner l’époque que nous vivons dans laquelle les températures grimpent. Les anglophones parlent, eux, de « global warming », comprenez de « réchauffement global », parce que la situation concerne le monde entier. Mais beaucoup de scientifiques préfèrent employer l’expression « changement climatique ». Selon eux, elle reflète mieux la réalité que nous vivons, celle de températures qui augmentent en moyenne, mais peuvent se montrer bien plus basses dans certaines régions et à certaines époques de l’année. Mais aussi, par exemple, celle de régimes de précipitation qui changent, avec, là encore, selon les régions et les périodes de l’année, plus de sécheresses ou plus de pluies diluviennes. Dernière possibilité, parler de « dérèglement climatique ». Une façon, peut-être, d’y intégrer l’idée de responsabilité humaine.

Parce que oui, selon le dernier rapport du Giec, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, la responsabilité humaine dans la situation de changement climatique que nous vivons est désormais « sans équivoque ». En cause, nos émissions de « gaz à effet de serre » (GES). En effet, les perturbations observées sur notre climat sont la conséquence d’une accumulation dans l’atmosphère de la Terre d’un certain nombre de gaz — les fameux GES — comme le dioxyde de carbone (CO2)...

> Lire la suite sur Futura