Nouveaux liens sociaux, clivage socio-économique, charge mentale : les cinq leçons du premier confinement

·1 min de lecture

Le projet Faire face au Covid-19 (CoCo) a étudié la manière dont la population française a vécu l'expérience du confinement en France. L'enquête a utilisé un échantillon préexistant représentatif de la population : le panel longitudinal ELIPSS composé de 1.400 répondants. Le projet CoCo a transformé ce dispositif en un baromètre de l'expérience du confinement et du déconfinement entre avril et juin 2020. Ce dispositif permet de décrire les transformations qui se sont produites dans les pratiques sociales (vie familiale, travail, relations sociales, éducation, etc.) et permet aussi de rendre compte de la perception de cette expérience unique, en comparant des indicateurs saisis pendant et après le confinement avec les mêmes indicateurs collectés sur les mêmes individus avant le confinement. Cinq résultats saillants émergent de cette étude.

Lire aussi - Emmanuel Macron ordonne un nouveau confinement national dès vendredi

Un premier confinement "bien vécu"

On pouvait penser que le fait d'enfermer du jour au lendemain les gens à leur domicile pourrait entraîner un dérèglement de leur psychologie. Une majorité des habitants semble en réalité avoir eu une perception positive du confinement, qui a été vécu comme une sorte "d'intermède philosophique" : pour environ trois quarts de la population, il a été l'occasion de "prendre du recul" ou de "consacrer du temps à soi et à la famille". Fait remarquable, l'adhésion à ces perceptions positives du confinement est restée quasiment la mêm...


Lire la suite sur LeJDD