Nouveaux exercices militaires de Taïwan après les menaces répétées de Pékin

REUTERS/Ann Wang

L'armée taïwanaise a procédé jeudi à un nouvel exercice à munitions réelles, après que Pékin, qui poursuit ses menaces, a mis fin à ses plus importantes manoeuvres militaires jamais organisées autour de l'île.

L'armée taïwanaise a procédé jeudi à un nouvel exercice à munitions réelles, après que Pékin, qui poursuit ses menaces , a mis fin à ses plus importantes manoeuvres militaires jamais organisées autour de l'île. Les forces taïwanaises ont effectué des tirs d'obusiers et de fusées éclairantes dans le cadre de cet exercice de défense, a expliqué à l'AFP Lou Woei-jye, porte-parole du 8e corps d'armée. Ces manoeuvres dans le comté de Pingtung (sud), démarrées à 08H30 (00H30 GMT), ont duré une heure, a-t-il ajouté.

Une retransmission en direct a montré des pièces d'artillerie alignées sur la côte et des soldats, répartis en unités, tirant l'un après l'autre les obusiers vers le large. Taïwan avait déjà mené un exercice militaire mardi à Pingtung. Selon l'armée, des centaines d'hommes ont participé à ces deux sessions. Les autorités ont minimisé la portée de ces exercices, assurant qu'ils étaient déjà programmés et n'étaient pas une réponse à ceux de la Chine. Pékin s'est emporté après une visite à Taïwan, la semaine dernière, de la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis Nancy Pelosi , lançant des exercices aériens et maritimes de plusieurs jours autour de l'île. Taipei a accusé la Chine d'avoir pris prétexte de la visite de Mme Pelosi pour s'entraîner à une invasion. Les nouveaux exercices menés jeudi par Taïwan ont "deux objectifs", "s'assurer du bon état de l'artillerie et de sa bonne maintenance" et "confirmer les résultats" de précédents exercices militaires organisés en 2021, a expliqué M. Lou.

"Un pays, deux systèmes"

Pékin avait de son côté annoncé mercredi la fin de ses manoeuvres, déclarant que ses forces avaient "mené à bien diverses tâches" dans le détroit de Taïwan tout en promettant de(...)


Lire la suite sur Paris Match