Les nouveaux droits de douane aux États-Unis provoquent la colère en Europe

·1 min de lecture

Vives réactions en France et en Europe après l’annonce de nouveaux droits de douane américains qui s'ajoutent à ceux en vigueur depuis fin 2019. Pour l'administration Trump, le compte n'y est pas. Elle considère que les sanctions déjà émises s'avèrent insuffisantes, et vient donc de rajouter ces nouvelles taxes. Bruxelles dénonce cette décision. Tout comme la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux français, sacrifiés (selon elle) dans un conflit opposant les avionneurs Boeing et Airbus.

C'est un coup de massue pour les exportateurs de vins et spiritueux français. La filière se dit victime d’un conflit qui relève d’une négociation entre États, et évalue à un milliard d'euros le manque à gagner sur la totalité des taxes.

Cette nouvelle offensive de la part de l'administration Trump, applicable le 12 janvier 2021, vise en effet les produits français et allemands en augmentant de 25% des droits de douanes sur les vins non-pétillants, les moûts de raisin et les cognacs. Par ailleurs, des pièces détachées aéronautiques subiront 15% des taxes supplémentaires.

À lire aussi: États-Unis : Donald Trump impose de nouvelles taxes sur les produits européens

Airbus regrette « une escalade contre-productive »

Airbus a d’ailleurs regretté « une escalade contre-productive ». L’avionneur européen estime que cela portera également préjudice aux travailleurs américains et appelle Bruxelles à réagir.

L’exécutif européen, aussi, « déplore » cette action unilatérale qui perturbe les négociations en cours. Bruxelles compte sur la nouvelle administration américaine pour régler le litige opposant les avionneurs Boeing et Airbus depuis plus de 16 ans.

Enfin, le gouvernement français condamne la décision américaine. Des mesures de soutien devraient accompagner les filières touchées par ces sanctions.