Vers de nouveaux droits pour les Aborigènes avec le gouvernement d'Anthony Albanese

L’Australie célèbre ce 3 juin le 30e anniversaire de l’arrêt Mabo. Cette décision de justice majeure a aboli le concept de terra nullius en vertu duquel les Anglais avaient pris « légalement » possession de l’Australie. Cela a ouvert la voie au processus de rétrocession des terres aux communautés indigènes d’Australie. Cette date anniversaire coïncide, à quelques jours près, avec l’élection d’un nouveau gouvernement, qui a promis de renforcer les droits des Aborigènes.

Avec notre correspondant à Sydney, Grégory Plesse

« On ne pourrait infliger aux Premiers habitants de ce continent une pire indignité que celle consistant à nier leur existence ». C’est en ces termes que le juge Sir Gerard Brennan explique, le 3 juin 1992, le séisme qu’il s’apprête à provoquer en Australie. Sa décision, depuis célébrée chaque année, se contente pourtant de reconnaître une vérité reconnue par tous : l’Australie était déjà peuplée avant l’arrivée des Anglais.

La principale conséquence de cette décision, c’est qu’elle ouvre la possibilité pour les Aborigènes de demander au gouvernement de lui rétrocéder des terres. Le processus est long et pas toujours adapté à des communautés de culture orale, et où dans certains cas, le concept même de propriété n’existe pas.

Vers un organe représentant les peuples aborigènes

►À lire aussi : En Australie, les enfants aborigènes volés attaquent le gouvernement en justice


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles