Nouveaux combats près d'un projet gazier de Total au Mozambique

·1 min de lecture

JOHANNESBURG (Reuters) - Des combats se sont poursuivis jeudi pour une deuxième journée consécutive aux abords de Palma, ville du nord du Mozambique située à proximité d'un important projet gazier de Total, ont déclaré à Reuters deux sources des services de sécurité et un diplomate.

Le gouvernement du Mozambique a confirmé que la ville, dans la province de Cabo Delgado, avait été attaquée sur trois fronts mercredi et que les forces de sécurité s'employaient à rétablir l'ordre.

Palma se trouve dans un périmètre de 25 km à l'intérieur duquel Total a réclamé au gouvernement l'instauration d'une "zone de sécurité spéciale".

Juste avant cette nouvelle attaque, le groupe pétrolier français avait annoncé mercredi qu'il allait relancer ce projet de gaz naturel liquéfié, qui représente un investissement de 20 milliards de dollars (16,9 milliards d'euros), à la suite de la création de cette zone de sécurité.

Total n'a pas formulé de commentaire dans l'immédiat au sujet de cette nouvelle attaque.

La province de Cabo Delgado est le théâtre depuis 2017 d'une insurrection djihadiste liée à l'organisation Etat islamique.

Les forces gouvernementales n'avaient toujours pas complètement repoussé l'assaut contre Palma jeudi matin et les combats se poursuivaient, a-t-on appris de sources en contact avec les autorités du Mozambique.

On ignore le bilan de ces violences, les communications avec la ville ayant été rompues, a dit le gouvernement.

(Emma Rumney à Johannesburg et David Lewis à Nairobi; avec Manuel Mucari à Maputo et Benjamin Mallet à Paris; Version française Bertrand Boucey, édité par Blandine Hénault)