Nouveaux écueils dans la lutte anti-Covid, le vaccin Johnson & Johnson mis en pause

·2 min de lecture

Après six cas de caillots graves survenus après son administration, le vaccin anti-Covid-19 du laboratoire Johnson & Johnson a été suspendu dans plusieurs pays. L'avis de l'agence européenne est attendu dans la journée du mercredi 14 avril 2021.

Nouveau revers pour la campagne de vaccination mondiale avec la suspension annoncée mardi 13 avril 2021 du vaccin anti-Covid de Johnson & Johnson aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, et le retard de son déploiement en Europe, en raison de l'apparition rare de graves caillots sanguins.

Six cas graves de caillots sanguins sur 6,8 millions de vaccinés

Les autorités américaines ont recommandé mardi "une pause" dans les injections du vaccin du groupe américain Johnson & Johnson, tout en affirmant que cela n'aurait "pas d'impact important" sur l'immense campagne de vaccination, puisque ces doses représentent moins de 5% de celles administrées aux Etats-Unis jusqu'à présent. "Il y a suffisamment de vaccins pour chaque Américain, c'est tout à fait indiscutable", a assuré mardi 13 avril 2021 le président démocrate Joe Biden. Le laboratoire Pfizer a indiqué le même jour accélérer la production de son vaccin, et pouvoir livrer aux Etats-Unis 10% de doses de plus que prévu d'ici fin mai 2021. Le groupe américain pourra "fournir la totalité des 300 millions (de doses) convenues pour fin juillet avec deux semaines d'avance", a ajouté sur Twitter son PDG, Albert Bourla.

Plus de 6,8 millions de doses de "J&J" ont déjà été administrées sur le territoire américain et l'Agence américaine des médicaments (FDA) enquête sur six femmes ayant développé des cas graves de caillots sanguins après avoir reçu ce vaccin. "Un cas s'est révélé mortel et un patient se trouve dans un état critique", a précisé un responsable de la FDA. Les Centres américains de lutte et de prévention des maladies (CDC), la principale agence fédérale de santé publique du pays, se réuniront mercredi 14 avril afin d'évaluer ces cas.

Commandes suspendues ou retardées, études en cours

L'Afrique du Sud a annoncé à son tour suspendre mardi 13 avril l'utilisation du vaccin unidose, jusqu'à ce que la "relation de cause à effet entre le développement de caillots" et son administration "soit suffisamment analysée", a déclaré le[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi