Nouveau tour de vis face au Covid ? "Rien n'est décidé", assure Emmanuel Macron

·2 min de lecture

Dans "Le Journal du Dimanche", le chef de l'Etat a promis de rattraper "dans quelques semaines" les Britanniques en termes de personnes vaccinées tandis qu'il a défendu à nouveau son choix de ne pas avoir reconfiné fin janvier.

"Rien n'est décidé" quant à un nouveau tour de vis face à l'épidémie du Covid, assure Emmanuel Macron dans le Journal du Dimanche où il promet de rattraper "dans quelques semaines" les Britanniques en termes de personnes vaccinées. "Pour les jours qui viennent, nous allons regarder l'efficacité des mesures de freinage et nous prendrons si nécessaire celles qui s'imposent. Mais à cette heure rien n'est décidé", souligne le chef de l'Etat dans cet entretien réalisé vendredi soir, alors que la situation sanitaire est de nouveau qualifiée de "critique" par l'exécutif.

Comme lors de sa conférence de presse jeudi soir à l'issue d'un sommet européen, M. Macron défend son choix de ne pas avoir reconfiné fin janvier, contre l'avis de nombreux scientifiques. "L'unanimité scientifique n'a jamais été au rendez-vous. Et parfois, les faits du lendemain viennent contrecarrer les certitudes de la veille. Certains nous disaient : +En février, vous allez prendre le mur+. On ne s'est pas pris le mur (...) On a pris des mesures proportionnées à la situation." Concernant les établissements scolaires, le chef de l'Etat répète que "la fermeture complète des écoles ne saurait être un tabou, mais elle doit demeurer un dernier recours et une mesure limitée au maximum dans le temps."

M. Macron "assume totalement" par ailleurs la stratégie française de déployer le vaccin par catégories d'âge, alors que la vaccination a été ouverte au plus de 70 ans samedi. "Si j'ouvrais à toutes les tranches d'âge d'un coup, il y aurait des inégalités sociales et territoriales dans l'accès au vaccin. Ce serait un mauvais choix politique et sanitaire", dit-il, même si "certaines professions plus particulièrement exposées", comme les enseignants, pourraient être(...)


Lire la suite sur Paris Match