Nouveau round judiciaire entre Google et la Commission européenne

·1 min de lecture

C’est un nouveau bras de fer judiciaire entre la Commission européenne et Google. La procédure en appel lancée par le géant américain a débuté lundi devant la Cour de justice de l’UE à Luxembourg.

L’entreprise conteste l’amende de 4,3 milliards d’euros décidée en 2018 par l’institution pour abus de position dominante sur son système d’exploitation Android. Selon Google c’est l’innovation sur internet qui est ainsi menacée.

Ce que la Commission reproche à Google c’est d’avoir imposé "des restrictions contractuelles aux fabricants d’appareils qui rendent plus difficile l'installation des concurrents sur le marché des moteurs de recherche et des navigateurs sur les téléphones", explique Alexandre de Cornière, professeur à l’université Toulouse 1.

La Commission accuse aussi l’entreprise d’avoir payé d’importants fabricants et plusieurs opérateurs mobiles pour pré-installer exclusivement l’application de recherche Google sur leurs appareils.

Une convergence transatlantique

Les reproches à l’encontre du géant du web ne viennent pas uniquement d’Europe. Le président américain, Joe Biden, conteste aussi certaines pratiques. Une forme d’alliance transatlantique semble en cours dans ce dossier.

"Depuis l’arrivée de Joe Biden nous avons vu de nombreux changements, les grandes entreprises technologiques sont sous le feu des régulateurs aux Etats-Unis et cela commence à être plus intense en Europe", précise Alexandre de Cornière. Washington pourrait même devenir le porte-drapeau de cette bataille contre les géants technologiques, estime le professeur spécialiste de l’économie numérique.

Tout au long de cette semaine d’audition Google devrait donc chercher à défendre ses choix stratégiques et commerciaux.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles