"Le Nouveau Roosevelt" : la Biden mania qu'on n'attendait pas

·1 min de lecture

Avec ses plans de relance qui feraient passer la politique de l'Union Européenne pour une production fauchée, Joe Biden marche sur l'eau. De là à basculer dans l'apologie définitive du président américain ? Gardons la tête froide.

Vous avez aimé la saga Obama, les médias mainstream en pâmoison, fleuris en toutes saisons, jamais en manque de superlatifs, de jugements flatteurs, de portraits avantageux, d'analyses élogieuses ? Certes, de moins en moins au fil des deux mandats mais qu'importe : ce n'était rien. De la roupie de sansonnet. De la brosse à reluire à peine appuyée. Joe Biden, que notre mauvais esprit imaginait pantouflant en charentaises au coin du feu, est arrivé et si l'on en croit les Une des gazettes, il a chaussé les grandes bottes de Zorro. " Le Nouveau Roosevelt ", " Le Président des travailleurs ", " La révolution Biden " Eh, oh consœurs, confrères, " camarades journalistes ", gardez-en sous le coude, ça ne fait que commencer. Le meilleur est à venir : " Miracle à la Maison-Blanche ", " Joe Tout-Puissant ", " Qu'un milliard de fleurs s'épanouissent. " Pas cent, non, un milliard carrément.C'est qu'avec Robinette Biden Jr, les compliments sont à l'image des plans de relance : plein de zéros qui donnent le tournis et des vapeurs à tous les keynésiens frustrés de la vieille Europe. Sortons les calculettes. Annoncés peu après sa prise de fonction : 1900 milliards en urgence anti-Covid-19, une bouée de sauvetage pour soutenir de différentes manières les...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record