Nouveau revers pour Vidal sur l'islamo-gauchisme, l'instance censée mener l'étude prend ses distances

Maxime Bourdeau
·Correspondant
·1 min de lecture
Nouveau revers pour Vidal sur l'islamo-gauchisme, l'instance censée mener l'étude dit non (Photo: Ludovic MARIN / AFP)
Nouveau revers pour Vidal sur l'islamo-gauchisme, l'instance censée mener l'étude dit non (Photo: Ludovic MARIN / AFP)

POLITIQUE - “Je soutiens le constat” mais “j’espère que ça ira plus loin, que ce ne sera pas simplement dans les mains du CNRS”. Le porte-parole du Rassemblement national Laurent Jacobelli a peut-être salué ce jeudi 18 février les propos de la ministre de l’Enseignement supérieur, mais cette dernière a subi dans la foulée un nouveau revers.

Alors que mercredi le CNRS, à qui Frédérique Vidal a confié une étude sur “l’islamo-gauchisme” à l’université et qui”gangrène la société”, avait accepté d’y participer en regrettant une “polémique emblématique d’une instrumentalisation de la science”, au tour ce jeudi de l’instance qui était censée mener l’étude de s’en éloigner.

Le président d’Alliance Athena, l’alliance thématique nationale des sciences humaines et sociales, a diffusé sur Twitter un communiqué dans lequel il rappelle que l’instance “consacre exclusivement ses réflexions aux questions de recherche avec pour objectif constant de servir le débat scientifique”.

″À cet égard, il n’est pas du ressort de l’alliance Athéna de conduire des études qui ne reposeraient pas sur le respect des règles fondatrices de la pratique scientifique, qui conduiraient à remettre en question la pertinence ou la légitimité de certains champs de recherche, ou à mettre en doute l’intégrité scientifique de certains collègues”, conclut-il.

Dimanche sur CNews, Vidal avait épinglé “l’islamo-gauchisme” qui, selon elle, “gangrène la société dans son ensemb...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.