Nouveau report du tir de la fusée Vega en raison de la météo

1 / 2
Une fusée Vega au Centre spatial européen de Kourou en février 2015

Cayenne (AFP) - Le lancement de la fusée européenne Vega qui devait décoller samedi soir depuis Kourou, en Guyane française, a été de nouveau reporté en raison de "conditions météorologiques défavorables", a annoncé le centre national d'études spatiales (CNES) dans un communiqué.

"Une nouvelle tentative sera envisagée dimanche 28 juin", sous réserve "d’une évolution favorable des conditions météorologiques", a indiqué de son côté Arianespace dans un communiqué.

La fusée Vega devait être lancée depuis Kourou samedi à 22H51 heure locale (dimanche 03H51 à Paris) avec à son bord 53 satellites pour le compte de 21 clients, issus de 13 pays différents.

Le décompte des opérations a été stoppé quelques minutes avant le tir programmé, a constaté l'AFP.

"En raisons de conditions météorologiques défavorables au-dessus du Centre spatial guyanais, le lancement Vega est de nouveau reporté”, a indiqué le CNES.

Il s'agit du quatrième report consécutif de ce vol Vega "VV16".

Le décollage de Vega avait initialement été programmé pour le 18 mars mais avait été reporté une première fois en raison de la crise du coronavirus.

La semaine dernière, le lancement avait à nouveau été annulé deux fois en raison de conditions météorologiques défavorables.

La durée prévue de la mission était de 1 heure et 45 minutes pour une mise en orbite basse (500 km d'altitude).

Ce programme porté par l'Union européenne et l'Agence spatiale européenne (ESA) est inédit car il s'agit du premier lancement européen de vol groupé ("rideshare").

"Pour la première fois, l'Europe sera capable de consolider une mission avec plusieurs dizaines de satellites à bord, ce qui a déjà été fait par d'autres lanceurs dans le monde", notamment l'américain SpaceX, avait détaillé Stéphane Israël, président exécutif d'Arianespace.

Cette "grappe" est constituée de sept petits satellites (pesant entre 15 et 150 kilos), ainsi que de 46 nano-satellites, pour des applications allant de la communication à l'observation de la Terre, en passant par la recherche scientifique.

Un système identique sera aussi proposé par le futur lanceur lourd Ariane 6, dont le vol inaugural a dû être repoussé à 2021 en raison de la pandémie de Covid-19.

Le dernier tir d'une fusée Vega remonte à l'été 2019, où une défaillance avait entraîné la destruction du lanceur, par précaution.