Qui est le nouveau président Massoud Pezeshkian, partisan d'un Iran plus ouvert à l'Occident ?

Le réformateur Massoud Pezeshkian, qui a remporté le second tour de la présidentielle iranienne du 5 mai, est décrit comme plus tolérant sur le plan social et en faveur d'une ouverture de l'Iran vers l'Occident. Chirurgien de profession, il s'est présenté durant la campagne comme le candidat "des sans-voix". Portrait.

Arrivé en tête du premier tour le 28 juin, le réformateur Massoud Pezeshkian a recueilli plus de 16 millions de voix, vendredi 5 juillet, contre plus de 13 millions à son adversaire, l'ultraconservateur Saïd Jalili, selon les premiers résultats officiels, dévoilés samedi.

"Le chemin devant nous est difficile. Il ne sera facile qu'avec votre collaboration, empathie et confiance. Je vous tends la main", a-t-il écrit sur X après sa victoire.

Avant le scrutin, organisé en raison du décès, dans un crash d'hélicoptère, du président Ebrahim Raïssi, nul n'aurait parié sur la candidature du député de Tabriz (nord-ouest), qui n'est, en effet, pas l'une des figures de proue des camps réformateur et modéré, qui ont nettement perdu en influence face aux conservateurs ces dernières années.

"Le docteur"

Durant la campagne, Massoud Pezeshkian a cultivé une certaine humilité, tant sur son apparence que dans ses discours, dénués d'envolées et de fortes promesses.

Il a promis d'œuvrer pour améliorer les conditions de vie des plus défavorisés.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Iran : le réformateur Massoud Pezeshkian remporte la présidentielle
Présidentielle en Iran : le classique face à face réformateur-conservateur