Un nouveau piège à moustique pour lutter contre le paludisme

·2 min de lecture

Placés sous les avant-toits de villages du centre de la Côte d’Ivoire, un filtre doté d’insecticide a fait preuve de son efficacité dans la lutte contre les anophèles vecteurs du paludisme. Les "Eave tubes" ne font pas de miracles mais procurent une solution de plus dans la boîte à outils sanitaire.

Indiquer la voie d’entrée au moustique et le piéger au passage. C’est toute l’idée du “Eave tube”, le tube d’avant-toit, qui Les ingénieurs de la société néerlandaise , issue de , ont inventé un piège cylindrique captant l’odeur corporelle des habitants d'une maison. Les anophèles vecteurs du protozoaire Plasmodium piquent en effet la nuit en se repérant à la chaleur corporelle humaine et aux odeurs associées. Placés sous l’avant- toit, les tubes deviennent les voies privilégiées des effluves, attirant ainsi les moustiques qui se retrouvent piégés dans une fine gaze imprégnée de pyréthrinoïdes, la seule famille d’insecticide désormais autorisée dans cette lutte vectorielle.

Un “eave tube” à insérer dans la cloison d'une maison. © In2Care

L’’expérience a été menée au sein de deux villages du centre de la Côte d’Ivoire, avec l’aide de la , le principal financeur de la lutte contre le paludisme depuis deux décennies. Les deux endroits ont été équipés en moustiquaires imprégnées d’insecticide, le principal moyen de lutte utilisé actuellement. Mais l’un des villages seulement a vu ses maisons être équipées de 3000 tubes d’avant-toit. Entre septembre 2016 et avril 2019, les chercheurs ont suivi l’état de santé des enfants entre 6 mois et 10 ans. Et ils ont mesuré une baisse de 47% de l’occurrence de paludisme chez les enfants du village équipé. “Nos tubes sont hors de portée des habitants et ils n’occupent qu’une petite surface sur le mur, se félicite Tim Möhlmann, l’un des fondateurs de In2Care. Le transfert des particules d’insecticide aux moustiques est très élevé du fait de la charge statique de la gaze. Cela nous permet de tuer les anophèles les plus résistants avec cent fois moins de pesticide, ce qui fait que cette solution est moins dommageable pour les gens et l’environnement.”

Actuellement, seule la moustiquaire permet d'agir efficacement contre le paludisme

Reste que l’innovation est encore loin d’avoir fait définitivement ses preuves. salue les résultats mais[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi