Nouveau-né disparu aux Etats-Unis : son père de 16 ans avoue l’avoir tué

·2 min de lecture

Un père adolescent de 16 ans, qui avait d’abord affirmé avoir confié son nouveau-né à un proche, a avoué lui avoir tiré une balle dans la tête, aux Etats-Unis. Attention, certains détails peuvent choquer.

Le 5 janvier dernier, une petite fille est née dans le village d’Albany, aux Etats-Unis. La mère a donné naissance à l’enfant chez elle, dans sa baignoire. Juste après, le père, âgé de 16 ans, a disparu, avec le bébé. Le début d’une affaire tragique. L’alerte de la disparition de l’enfant a été donnée par sa grand-mère maternelle, qui a expliqué à la police que sa fille avait accouchée quelques jours plus tôt et que depuis, Logan T. Kruckenberg-Anderson, était introuvable. Lorsque ce dernier a été localisé par les autorités, il a expliqué avoir confié son bébé à un proche nommé «Tyler». Mais l’adolescent a refusé de donner le numéro de téléphone, l’adresse ou tout autre renseignement sur ce fameux ami, avec qui il n’aurait communiqué que par Snapchat et qu’il aurait payé 60 dollars pour conduire l'enfant dans une agence d’adoption, rapporte la chaîne WTMJ.

Dans un deuxième interrogatoire, Logan T. Kruckenberg-Anderson a fait savoir que la mère et lui avaient choisi de ne pas garder l’enfant «parce qu’avoir un bébé dans leur vie n’était pas quelque chose dont ils avaient besoin». Ils auraient évoqué plusieurs solutions, dont l’idée de le déposer dans une caserne de pompiers ou dans un centre d’adoption. Des propos plus ou moins confirmés par la jeune mère qui a expliqué aux enquêteurs avoir décidé de donner l’enfant à l’adoption, dans une agence de Madison.

Des détails tragiques

L’adolescent a fini par reconnaitre avoir décidé d’abandonner le bébé «quelque part». Il a expliqué l’avoir mis dans son sac à dos après la naissance, être rentré chez lui, l’avoir mis dans un sac plus grand et s’être ensuite dirigé vers une zone boisée d’Albany. Là, il a déposé le bébé dans un arbre mort et a recouvert son corps de neige. Mais(...)


Lire la suite sur Paris Match