Un nouveau muscle du corps humain a été identifié

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Image Source via Getty Images
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Santé
    Santé

Des chercheurs viennent de décrire une nouvelle partie du corps humain, une couche musculaire profonde qui se trouve dans le masséter, un muscle de la mastication.

Les secrets du corps humain sont encore nombreux. Preuve en est avec la découverte par des scientifiques de l’Université de Bâle, en Suisse, qui ont identifié un nouveau muscle dans la mâchoire. Les manuels d’anatomie expliquent aujourd'hui que le muscle qui sert à la mastication, le masséter, est composé de deux couches, relaie Science Post. Or, il en contiendrait en réalité trois.

Dans les travaux publiés dans la revue Annals of Anatomy, les chercheurs affirment en effet avoir isolé une troisième couche profonde, anatomiquement distincte du muscle masséter, située à l’arrière des pommettes. Elle se "distingue clairement des deux autres couches de la mâchoire par son tracé et sa fonction", précise le Dr Szilvia Mezey.

VIDÉO - Des scientifiques créent des robots vivants capables de se régénérer

La seule partie capable de tirer la mâchoire vers l’arrière

D’après les chercheurs, ce muscle sert "probablement à stabiliser la mâchoire inférieure en ‘élevant et en rétractant’ le processus coronoïde" . Il serait ainsi la seule partie du masséter capable de tirer la mâchoire vers l’arrière.

Pour arriver à cette conclusion, les auteurs ont disséqué une douzaine de têtes humaines et examiné des tomodensitogrammes de seize cadavres. Ils se sont également servis d’une IRM réalisée sur une personne vivante.

Les scientifiques proposent d’appeler cette nouvelle partie du corps humain le"Musculus masseter pars coronidea". Outre l'aspect biologique, cette découverte pourrait notamment aider à améliorer les chirurgies dans cette zone de la mâchoire.

VIDÉO - Une mâchoire de chauve-souris vampire, vieille de 100 000 ans, découverte en Argentine

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles