Un nouveau musée à Paris pour les trésors de la Bibliothèque nationale

De vases de l'Antiquité jusqu'à la photographie contemporaine, un nouveau musée ouvre à Paris pour exposer les trésors de la Bibliothèque nationale (BnF) au sein de son site historique, rue de Richelieu, qui rouvre après rénovation complète.

En plein centre de Paris, à mi-chemin du Louvre et des Grands Boulevards, le "quadrilatère Richelieu" souffrait d'une image vieillie de repaire pour rats de bibliothèque.

Pour sa réouverture, à l'occasion des Journées européennes du patrimoine samedi et dimanche, les visiteurs vont découvrir un lieu qui a mis en valeur ses aspects les plus fastueux, beaucoup plus accueillant, lumineux et aéré.

Dans sa présentation du lieu, la ministre de la Culture Rima Abdul Malak salue "une architecture guidée par la modernité, l'ouverture, la transparence, la fluidité".

Cette rénovation ne s'est pas faite sans controverses.

Le démontage d'un escalier monumental, menant au musée justement, mais jugé trop massif pour la circulation des visiteurs et usagers dans le hall, a fait jaser les admirateurs de cette pièce d'architecture. Celle-ci attend de connaître sa prochaine destination.

- Tablette sumérienne -

Les syndicats ont quant à eux dénoncé les moyens consacrés au musée, d'après eux un "projet de prestige" qui ne doit pas masquer la dégradation des services au public.

La présidente de la BnF, Laurence Engel, rétorque que rendre accessibles au public le plus large les collections, dont la richesse pas toujours connue, est au cœur de sa mission. "Avoir un musée qui va montrer cette diversité, c'était pour nous très important", dit-elle à l'AFP.

Elle voit l'achèvement de ce projet, mais il s'est étalé sur trois présidences de l'institution. Les 12 ans de travaux, plus gros projet du ministère de la Culture depuis le début du siècle, ont coûté à l'État 261 millions d'euros.

Des mécènes ont également contribué, dont la famille Rockefeller, ou de grands groupes français comme Saint-Gobain qui a offert une galerie en verre.

Le musée offre un cadre exceptionnel à des pièces uniques qui changeront régulièrement.

Ainsi, "4.500 ans séparent l'œuvre la plus ancienne présentée dans la première rotation, une tablette sumérienne avec inscription cunéiforme, de la plus récente, +Cahier d'un retour au pays natal+ d'Aimé Césaire, illustré par Daniel Buren", précise la BnF.

- Premier en son temps -

"On fait voir l'histoire du monde. Parce que nous avons des collections qui vont de l'Antiquité jusqu'à nos jours et qui retracent cette histoire, en particulier les relations entre la France et le monde", explique à l'AFP le conseiller scientifique du musée, Gennaro Toscano.

Comme il aime à le rappeler, le dernier-né des musées de la capitale française avait aussi été le premier en son temps.

Grâce aux collections royales amassées à partir de la fin du XVe siècle, et à la volonté de Colbert de doter la France d'une ambitieuse bibliothèque ouverte aux savants, il a démarré en vérité à la fin du XVIIe siècle.

Ce ministre du roi Louis XIV "réunit des livres, manuscrits et imprimés, des objets précieux, archéologiques, numismatiques, et une immense et richissime collection d'estampes et de dessins" qui seront visibles par des visiteurs qui n'étaient pas qu'aristocrates, rappelle M. Toscano.

Le musée du XXIe siècle reprend et démocratise encore cet esprit, dans sept salles de 1.200 m². La plus somptueuse est la galerie Mazarin, sur 45 mètres de long.

Le premier globe où est écrit "America" y côtoie le Code Napoléon relié pour l'empereur ou le manuscrit du "Don Giovanni" de Mozart.

L'entrée du musée coûte 10 euros (8 euros tarif réduit), mais un pass annuel pour y accéder, ainsi qu'à toutes les salles de lecture de la BnF, est vendu 15 euros jusqu'à jeudi.

hh/may/cal