Un nouveau modèle de la cristallisation de l'océan de magma de la Lune

·1 min de lecture

Les missions Apollo ont révolutionné nos théories concernant l’origine de la Lune en rapportant sur Terre des échantillons de roches lunaires dont les compositions minéralogiques, chimiques et isotopiques ont fait le bonheur des cosmogonistes et des planétologues.

Dès les analyses des roches rapportées par la mission Apollo 11, les chercheurs avaient remarqué que la croûte lunaire semblait anormalement riche en des minéraux connus sur Terre sous le nom de plagioclases anorthositiques. Les plagioclases sont une grande famille de minéraux silicatés, des tectosilicates de la famille des feldspaths, que l’on retrouve dans des basaltes océaniques et des granitoïdes de notre Planète bleue en abondance, mais pas dans les quantités de la croûte lunaire. Curieusement, dans celle-ci, des minéraux comme l'olivine et le pyroxène s’y font rares. Sur Terre, ils sont plus abondants dans sa croûte et on sait que l'olivine est le minéral dominant des péridotites, les roches constituant majoritairement le manteau. Les pyroxènes sont, eux, des composants courants des roches magmatiques et métamorphiques.

La pierre de la Genèse, échantillon d'anorthosite lunaire. Il s'agit d'une roche quasi exclusivement constituée de feldspath plagioclase. Juste après son retour sur Terre (en 1971), cette roche a été datée à -4,5 Ga, ce qui en faisait l'échantillon le plus vieux du Système solaire (hors météorites, et c'est pour cela que cet échantillon a été nommé pierre de la Genèse), et donnait à la Lune un âge supérieur ou égal à ce chiffre. Ce serait un fragment de la croûte lunaire profonde, fragment contemporain (à 1 million d'années près) de la formation de la Lune, et remonté à la surface il y a 3,9 Ga par l'impact d'Imbrium. De nouvelles datations proposent un âge plus récent (4,4 Ga, voire moins) à certains échantillons d'anorthosite, ce qui remet en question cette interprétation classique, ou qui rajeunit l'âge de la Lune et donc de l'impact de Théia. © 1971 Nasa, mission Apollo 15,...
La pierre de la Genèse, échantillon d'anorthosite lunaire. Il s'agit d'une roche quasi exclusivement constituée de feldspath plagioclase. Juste après son retour sur Terre (en 1971), cette roche a été datée à -4,5 Ga, ce qui en faisait l'échantillon le plus vieux du Système solaire (hors météorites, et c'est pour cela que cet échantillon a été nommé pierre de la Genèse), et donnait à la Lune un âge supérieur ou égal à ce chiffre. Ce serait un fragment de la croûte lunaire profonde, fragment contemporain (à 1 million d'années près) de la formation de la Lune, et remonté à la surface il y a 3,9 Ga par l'impact d'Imbrium. De nouvelles datations proposent un âge plus récent (4,4 Ga, voire moins) à certains échantillons d'anorthosite, ce qui remet en question cette interprétation classique, ou qui rajeunit l'âge de la Lune et donc de l'impact de Théia. © 1971 Nasa, mission Apollo 15,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles