Le nouveau MacBook Air se rapproche encore un peu plus de l'iPhone

Par Guillaume Grallet
·1 min de lecture
Le MacBook Air s'appuie sur une puce maison.
Le MacBook Air s'appuie sur une puce maison.

Apple peut-il surprendre dans les ordinateurs ? C'est une question qu'il était légitime de se poser depuis l'apparition de l'iPhone en 2007, où on avait l'impression que l'essentiel des près de cinq milliards de dollars que dépense chaque trimestre la firme à la pomme allait vers le téléphone. Or, Apple, trente-six ans après l'apparition du Macintosh, doit affronter la concurrence grandissante du chinois Lenovo, le plus gros vendeur d'ordinateurs au monde basé à Pékin. Mais aussi celle de l'américain Dell, qui vient de lancer son ordinateur portable XPS 13, tout comme des fabricants taïwanais Acer et Asus, qui mettent au point des modèles toujours plus puissants. C'est donc une nouvelle page que voudrait ouvrir Apple, via ce MacBook Air de 13,3 pouces, que nous avons pu prendre en main durant cinq jours. Véritable avancée ou bien simple annonce marketing ? Voici les cinq points que nous avons trouvés les plus intéressants.

Une puce maison

Alors que ses ordinateurs fonctionnaient jusqu'ici avec un équipement Intel, Apple a décidé de mettre au point sa propre puce, M1. C'est la première puce de l'industrie qui a développé un procédé de gravure en 5 nanomètres. Cela permet, avec une architecture ARM, d'abriter quelque 16 milliards de transistors. Ce n'est pas un record du monde, puisque certains modèles dépassent 35 milliards de transistors, et certains logiciels, de la suite Google, par exemple, doivent être optimisés pour profiter de cette mise à jour. Mais A [...] Lire la suite