Dans son nouveau livre, Etienne Klein décrypte des expressions que vous pensiez connaître

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

SCIENCE - Avoir des atomes crochus, être mal luné, faire le vide...toutes ces expressions utilisées au quotidien n’ont rien de très mystérieux, et sont au contraire très parlantes. Mais connaissez-vous leur origine? Comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article, le physicien et philosophe Étienne Klein fait le point sur l’origine, et le sens originel souvent étonnant, de ces locutions.

Dans son dernier livre intitulé 150 expressions pour ramener sa science, (ed. Le Robert), le célèbre vulgarisateur a travaillé avec des linguistes pour retrouver le cheminement d’expressions souvent nées dans des laboratoires ou des ateliers, parfois il y a des milliers d’années. Si le concept des “atomes crochus” nous vient des atomistes de l’antiquité, il a ainsi fallu attendre la physique quantique du XXe siècle pour vérifier que certaines particules, effectivement, sont connectées par des liens indéfectibles...

Mais le passage dans le langage commun de locution scientifique s’est parfois fait au prix d’une inversion complète de sens. C’est le cas de la fameuse expression “tout est relatif”. Empruntée, bien sûr, aux travaux d’Einstein sur la relativité, cette dernière exprime, selon Étienne Klein l’exact inverse de ce qu’ont démontré les travaux du plus célèbre savant du XXe siècle. La vitesse de la lumière étant justement absolue.

À voir également sur Le HuffPost: Dubaï crée de la fausse pluie pour lutter contre la chaleur

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Lire aussi:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles