Le nouveau gouvernement autrichien met l’accent sur l’immigration et le climat

En Autriche, les conservateurs et les Verts ont présenté ce jeudi 2 janvier leur gouvernement de coalition et le programme sur lequel ils sont tombés d’accord. Les conservateurs obtiennent la plupart des portefeuilles clés tandis que les Verts héritent d’un « super ministère » de l’environnement.

Avec notre correspondante à Vienne,  Isaure Hiace

Le nouvel exécutif comptera plus de femmes que d’hommes, se sont félicités ce jeudi après-midi Sebastian Kurz, chef des conservateurs qui s’apprête, à 33 ans, à redevenir chancelier et Werner Kogler, le leader des Verts, futur vice-chancelier.

Sans surprise, les conservateurs, grands vainqueurs des législatives de septembre dernier, dominent largement cette nouvelle équipe avec la plupart des ministères clés, notamment l’Intérieur, les Affaires étrangères et les Finances. Les Verts, eux, obtiennent quatre portefeuilles, dont un « super ministère » de l’environnement qui inclut les Transports, l’Énergie et les Technologies.

Les deux partis ont également présenté l’accord qu’ils ont négocié pendant plusieurs semaines, un document de 300 pages dans lequel s’affirment les priorités des deux formations  : une ligne ferme sur l’immigration et des baisses d’impôts pour les conservateurs, davantage de mesures contre la corruption et contre le réchauffement climatique pour les Verts.

Les écologistes doivent encore approuver cet accord lors d’un congrès extraordinaire ce samedi. S’ils donnent leur feu vert, l’investiture de cette nouvelle équipe devrait avoir lieu la semaine prochaine.