Le Nouveau Front populaire en tête, désillusion de l'extrême droite, mais qui pour gouverner ?

Si l’union de la gauche du Nouveau Front populaire est clairement arrivée en tête, dimanche soir, à l’issue des élections législatives anticipées, son score et celui de la coalition Ensemble, lui aussi plus haut que prévu, laissent planer le doute sur l’identité politique du futur Premier ministre. La gauche entend bien gouverner, mais Emmanuel Macron n’a pas encore dit son dernier mot.

Des résultats aussi inattendus qu’aux effets incertains : c’est le principal enseignement du second tour des élections législatives anticipées. Avec un Nouveau Front populaire arrivé en tête (182 sièges), dimanche 7 juillet, suivi par la coalition présidentielle Ensemble (168 sièges), le Rassemblement national (143 sièges) et le parti Les Républicains (45 sièges), c’est une Assemblée nationale sans majorité absolue, mais avec trois blocs majeurs et deux familles politiques qui espèrent être en mesure de gouverner.

À commencer par l’union de La France insoumise (LFI), du Parti socialiste (PS), du parti Les Écologistes et du Parti communiste (PCF), dont l’ensemble des chefs revendiquaient la victoire dimanche soir et réclamaient à Emmanuel Macron de nommer un Premier ministre issu de leurs rangs.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Législatives : la gauche défie les prédictions et se dit prête à appliquer son programme
Législatives 2024 : les résultats du second tour
Législatives 2024 : Hollande, Ruffin, Darmanin… les personnalités élues à l'Assemblée