Nouveau Front populaire: Manuel Bompard promet une "rupture totale", qui peut "tout changer"

Lors de la présentation du programme du Nouveau Front populaire ce vendredi 14 juin en vue des législatives anticipées, le coordinateur de l'équipe opérationnelle de La France insoumise Manuel Bompard a promis une "rupture totale", qui peut "tout changer."

Cette alliance de la gauche entend "proposer au pays une rupture totale avec la politique d'Emmanuel Macron, pour répondre aux besoins immédiats du peuple et faire la bifurcation écologique aujourd'hui indipensable." "Nous pouvons tout changer si le peuple le décide", lance-t-il.

Les responsables de gauche ont appuyé vendredi sur l'urgence à voter pour le Nouveau Front populaire pour empêcher le Rassemblement national de remporter les élections législatives le 30 juin et le 7 juillet. Le bloc de gauche talonne le RN dans les intentions de vote, selon un sondage Elabe pour BFMTV et Le Tribune dimanche dévoilé mercredi.

"Ce sera soit l'extrême droite, soit nous", a affirmé vendredi Marine Tondelier, la patronne des Écologistes.

Trois abrogations de réformes

Le Nouveau Front populaire a dévoilé vendredi son programme qui sera appliqué en cas de victoire, avec notamment trois abrogations de réformes symboliques et l'augmentation du Smic à 1.600 euros net (1.398,69 euros actuellement).

Les mouvements de gauche, de Place publique aux Insoumis en passant par les Ecologistes, le PCF et le Parti socialiste, promettent d'abroger les réformes des retraites, de l'assurance chômage et la loi immigration.

Un ISF "renforcé avec un volet climatique"

Les mouvements de gauche ont décliné leur programme commun en trois parties: quinze premiers jours de "rupture" avec notamment des mesures "d'urgence sociale"; un "été des bifurcations" avec la présentation de plusieurs lois (pouvoir d'achat, santé, éducation) qui s'étalera sur les 100 premiers jours; puis un volet de "transformations" sur les mois suivants.

Dans cette troisième partie est intégrée l'affirmation d'un "objectif commun" du droit à la retraite à 60 ans et un engagement à se diriger vers une VIe République avec la fin du 49.3 et l'instauration de la proportionnelle. Le Nouveau Front populaire s'engage également à "rétablir un impôt de solidarité sur la fortune (ISF) renforcé avec un volet climatique" dans ses 100 premiers jours au pouvoir s'il y accède après le scrutin des 30 juin et 7 juillet.

Article original publié sur BFMTV.com