Du nouveau sur la formation de la Terre et de toutes les planètes du Système solaire

Si les archives géologiques nous permettent de remonter le temps jusqu’aux premiers temps de l’histoire de notre Planète et ainsi de comprendre son évolution, il existe très peu de traces témoignant de la formation même de la Terre.

Les données à notre disposition sont forcément indirectes et mènent souvent à des hypothèses variées. S’il est clair aujourd’hui que la Terre s’est formée à partir du matériel disponible dans la nébuleuse solaire et que des petits corps rocheux de types comètes et astéroïdes ont participé à sa croissance, le détail de ce processus est encore mal connu.

Une composition terrestre qui n’est pas expliquée par la théorie actuelle

Jusqu’à présent, la théorie dominante supposait que la Terre s’était formée par accrétion de petits corps composés de roches et de métal, nommés chondrites, formés très tôt dans l’histoire du Système solaire. Le problème est que cette théorie ne permet pas d’expliquer la composition exacte de la Terre, qui apparaît être particulièrement pauvre en éléments légers comme l’hydrogène et l’hélium. Les scientifiques ont tenté d’expliquer cette « anomalie » de composition par diverses hypothèses comme, par exemple, le fait que les collisions tardives avec la Terre ont produit d’énormes quantités de chaleur ayant littéralement vaporisé les éléments légers. Une explication non convaincante pour Paolo Sossi de l’ETH Zurich qui a dirigé une nouvelle étude publiée dans Nature Astronomy.

Les chondrites sont des petits corps rocheux et métalliques ayant participé à la construction de la planète. © Didier Descouens, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0
Les chondrites sont des petits corps rocheux et métalliques ayant participé à la construction de la planète. © Didier Descouens, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0

Une équipe de chercheurs vient en effet de proposer un nouveau scénario, basé sur des résultats obtenus à partir d’expériences en laboratoires et de simulations numériques.

Une accrétion d’imposants planétésimaux au lieu d’une pluie de petits astéroïdes

Les modèles dynamiques obtenus suggèrent que les planètes du Système solaire se seraient formées de manière très progressive et non par une...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles