Nouveau dôme de chaleur sur la France touchée par une sécheresse interminable

La présence d'un anticyclone sur l'Atlantique met en place un flux de sud-ouest sur le pays : de l'air brûlant remonte une fois de plus d'Afrique du nord et reste piégé sur la France tout au long de la semaine. Ce dôme de chaleur est à l'origine d'une nouvelle canicule, après celle de juillet et celle de juin. Cette remontée d'air chaud concerne ce lundi les Pyrénées Orientales, le Gard, le Vaucluse, l'Ardèche et la Drôme, et s'étendra ensuite demain au sud-ouest.

Ce lundi et mardi, les températures atteindront localement les 39 °C sur le Gard, et 36 à 38 °C sur le reste de la moitié sud. Ces fortes chaleurs vont s'étaler du sud-ouest à la Loire ce mercredi et jeudi, les deux journées les plus chaudes de cet épisode, avec plus de 35 °C et même localement 40 °C au sud-ouest.

Des chercheurs pensent pouvoir prédire une canicule 9 mois à l'avance

Le pic de chaleur du sud-est aura lieu entre ce lundi et mardi, mais à l'échelle du pays, c'est la journée de mercredi qui devrait être la plus chaude. Jeudi et vendredi, les températures caniculaires gagneront le nord-est, avec possiblement 38 à 40 °C sur la ville de Strasbourg. Si les prévisions actuelles se confirment, cette canicule prendra fin au cours du week-end, mais encore une fois, les températures resteront élevées (plus de 30 °C) sur une grande partie du pays.

Une canicule moins intense et moins longue en prévision

Cette 3e canicule sera différente des deux précédentes par son intensité et sa durée : les températures seront à priori un peu moins élevées (40 °C et non pas 43 °C comme en juin) et sa durée moins longue (5 jours de canicule contre 15 en juillet). La canicule de juin a été exceptionnelle en raison de sa...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles