Le nouveau dégagisme de la Présidentielle

·1 min de lecture

Robert Ménard a affirmé ce jeudi qu’il y avait "plus d’appétit chez Eric Zemmour que chez Marine Le Pen".

Il faut prendre les propos du maire de Béziers avec un peu de recul : ça fait plusieurs fois qu’il dit alternativement du bien ou du mal de Marine Le Pen ou d’Eric Zemmour. Cette fois, c’est tombé du bon côté pour le presque-candidat. Mais ce qui est significatif, c’est ce qu’il déclare, dans la même envolée, sur la patronne du Rassemblement national : "Elle apparaît comme un peu vieillie, dépassée. On a beaucoup vu les Le Pen", et, ajoutait-il en faisant mine de s’en affliger : "Elle mérite beaucoup mieux que ça".

"Vieillie, dépassée", ça rappelle une fameuse sortie de Lionel Jospin.

C’était pendant la campagne électorale de 2002, Lionel Jospin était le Premier ministre de cohabitation de Jacques Chirac et il avait accusé le président de la République d’être "vieilli, usé, fatigué". Une gaffe monumentale, parce que s’attaquant au physique de son adversaire. Il avait d’ailleurs été obligé de s’excuser. On connaît la fin de l’histoire, ça ne lui a pas porté chance puisqu’il sera ensuite éliminé dès le premier tour de la présidentielle. Et tenez, justement, Lionel Jospin (84 ans) ressort de sa retraite. Il sera à Lille, demain, avec Martine Aubry pour le grand meeting d’Anne Hidalgo. Ce sera un moment crucial pour la maire de Paris et candidate officielle du Parti socialiste pour 2022. Sa campagne pour l’instant fait du surplace, ou plutôt, elle recule avec des sondages qui...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles